Retour à la galerie

Françoise Pollet

soprano

Les participations de Françoise Pollet à diverses cérémonies viennent parfaitement illustrer sa place désormais incontournable dans l’univers lyrique. La première Victoire de la musique classique qu’elle se voyait remettre en 1994, en tant qu’Artiste lyrique de l’année, consacrait déjà son étonnante carrière, débutée à peine dix ans plus tôt sur la scène de l’Opéra de Lübeck, dans le rôle de la Maréchale du Rosenkavalier de Richard Strauss.

Les plus grands chefs – Pierre Boulez, Sylvain Cambreling, Jean-Claude Casadesus, Jacques Mercier, Michel Plasson, Georges Prêtre, Semyon Bychkov, Riccardo Chailly, Charles Dutoit, Carlo-Maria Giulini, Marek Janowski, Pinchas Steinberg et bien d’autres encore – lui ont vite permis d’affirmer sa carrière aux quatre coins du monde. Invitée d’opéras aussi prestigieux que le Teatro Colon de Buenos Aires, la Fenice de Venise, le Met de New York ou l’Opéra Bastille, Françoise Pollet a toujours souhaité privilégier parallèlement ses apparitions en concert ou en récital avec piano. Elle s’est notamment produite avec le New York Philharmonic Orchestra sous la direction de David Robertson dans Erwartung, avec le Montréal Symphony Orchestra sous la direction de Charles Dutoit, avec le BBC Londres sous la direction de Pierre Boulez dans le cadre du festival des Prom’s à Londres. Elle a également chanté à Edinburgh, Strasbourg, Lucerne, à Paris avec l’Ensemble Intercontemporain, avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse et Michel Plasson, avec l’Orchestre national de Lyon et David Robertson.

Elle a aussi chanté avec l’Orchestre du NHK à Tokyo avec Charles Dutoit, avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et M. W. Chung, avec le WDR de Cologne, avec l’Orchestre Philharmonique de Nice… Elle a été en tournée avec l’Orchestre national des Pays de la Loire, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre national d’Ile-de-France et Klaus Weise, le Chicago Symphony Orchestra et Pierre Boulez…

Personnalité hors du commun, Françoise Pollet étonne par son immense musicalité et l’éclectisme de son répertoire – Strauss, Verdi, Wagner, Berlioz, Dukas… côtoyant les plus grands compositeurs contemporains comme Boulez, Liebermann, Messiaen, Boesmans, Florentz… C’est ainsi qu’elle a participé en 1993 à la création de Reigen de Philippe Boesmans à la Monnaie de Bruxelles et que, en 1995, elle a créé à l’Opéra de Hambourg Freispruch für Medea de Rolf Liebermann dans le rôle-titre.

Parmi son importante discographie, ses derniers enregistrements confirment l’étendue de son répertoire : Les Troyens – récompensé par un Grammy Award – et La Damnation de Faust de Berlioz, le Gloria et le Stabat Mater de Poulenc sous la direction de Charles Dutoit chez Decca, les Poèmes pour Mi de Messiaen sous la direction de Pierre Boulez pour DGG, les Quatre Derniers Lieder de Richard Strauss, les Sept Lieder de Jeunesse d’Alban Berg et les Wesendonck-Lieder de Wagner sous la baguette de Klaus Weise chez Musidisc et un récital d’Airs sacrés français chez RCA ainsi que son album Quand on n’a que l’amour chez Musidisc avec Yutaka Sado, illustrant bien la richesse de ses possibilités. Elle a récemment sorti un enregistrement des Poèmes de l’Amour et de la Mer avec Stefan Sanderling. Françoise Pollet est Chevalier de l’Ordre national du Mérite ainsi que des Arts et Lettres.

Photo : Magali Puig